Bilan de legislature

Durant la dernière législature, les élu.e.s du Parti Indépendant Nyonnais (PIN) ont mis à l’ordre du jour du Conseil communal un grand nombre de motions, postulats, interpellations et propositions dans des domaines très variés. Ils ont aussi pris position sur les nombreux préavis municipaux dont voici un voici un bref résumé.

Interpellations et propositions

Par la voie de l’interpellation ou de la proposition nos membres se sont positionnés sur les sujets ci-dessous.

  • En 2020, Robert Jenefsky a demandé l’état d’avancement du 2e passage souterrain à la gare.
  • En 2020, Niall Macpherson est revenu sur le postulat d’Aurélie Hegetschweiler (PS) pour une extension des marchés au centre ville, car rien de concret n’avait été mis en place.
  • En 2019, Philippe Kuratle a déposé une interpellation pour connaître la qualité des relations entre la Ville, les entreprises privées et le soutien que le délégué à la promotion économique pouvait leur apporter.
  • En 2019, Jacques Hanhart souhaitait connaître la politique tarifaire des Services Industriels de Nyon. Il s’agissait de connaître leur valeur en cas de vente; l’utilisation éventuelle de ce revenu pouvant servir à des investissements pour la Ville.
  • En 2019, Jacky Colomb posait diverses questions sur le futur des terrains du quartier de Martinet. Avancement du plan de quartier (PQ), interrogation sur une nouvelle mise à l’enquête alors que ce secteur est légalisé depuis 1996, ainsi que la perte de revenus importants pour la Ville provenant des futurs droits de superficie et de rentrées fiscales de nouveaux habitants.
  • En 2018, Pierre Girard faisait remarquer que la transformation du chemin de Terre-Bonne en voie de mobilité douce semblait être compromise. Une mise à l’enquête aux abords immédiats allait dans le sens contraire du préavis accepté par le Conseil communal.
  • En 2018, suite au retrait de Prangins du projet de route de desserte urbaine (RDU), Doris Uldry demandait à la Municipalité de commenter cette sortie et surtout d’en expliquer les conséquences  temporelles, constructives et financières.
  • En 2018, Jacky Colomb reprochait le manque d’infrastructures à la gare pour accueillir les usagers des transports publics. Abri-bus manquants, signalétique obsolète, manque de cohérence dans la localisation des diverses lignes de bus, etc… La question posée: la Municipalité a-t-elle l’intention de créer ou mettre à disposition un espace pour une vraie gare routière?
  • En 2018, le PIN posait des questions à la Municipalité sur l’aménagement temporaire de la place du Château en lui recommandant de réfléchir à un aménagement définitif, sans passer par le provisoire.
  • En 2018, suite au déboire de l’Hôtel Beau-Rivage, Victor Allamand interpellait la Municipalité sur le futur permis de construire et son périmètre. Il souhaitait que la future construction se fasse davantage côté lac et permette ainsi de mettre en valeur la Tour César.
  • En 2017, Jean-Pierre Vuille proposait de créer un label régional à l’instar de ce qui s’est fait à Genève.
  • En 2016, Jacques Hanhart souhaitait connaître les raisons du départ à Gland de la Société Anonyme pour le traitement des déchets (SADEC) et ses implications pour Nyon.

Postulats et motions

Ces deux outils permettent au Conseil communal de proposer des idées ou de demander que la Municipalité étudie un sujet précis.

  • Nous avons déposé un postulat pour des lignes de bus transversales et l’utilisation d’énergie électrique pour nos transports publics.
  • Un postulat pour réfléchir à une extension de la zone piétonne du centre de Nyon.
  • Une motion pour que la Municipalité étudie la réalisation de la route de contournement (RDU) sur toute la partie nyonnaise et pas seulement jusqu’à la route de St-Cergue.
  • Une motion demandant une réalisation rapide d’abri-bus à Nyon par les TPN, ou la Ville.

 

Nous avons aussi refusé certains préavis présentés par la Municipalité

  • Pont de la Redoute
    Déjà refusé par notre groupe en 2010, ce nouveau préavis a été unanimement refusé par le PIN. Par deux fois la commune de Prangins a obtenu des baisses significatives sur la part qu’elle devra payer pour cette réalisation qui la concerne en grande majorité. En refusant ce préavis le PIN a ainsi défendu les intérêts financiers des Nyonnais.
  • 4 aménagements temporaires
    La majorité de nos membres n’ont pas soutenu les divers aménagements temporaires proposés. Une ville se doit de penser en priorité à des aménagements définitifs.
  • Vente d’une parcelle communale
    Le PIN s’est opposé à la vente d’une parcelle communale à une coopérative à la route de Divonne. Plutôt que de réaliser un petit immeuble locatif, nous aurions souhaité à cet endroit un vrai plan de quartier avec une densification en ordre contigu.

 Programme

Candidat.e.s