4 points d’impôt supplémentaires, pourquoi?

Explications en 4 points

1) Evolution des 6 dernières années

Aujourd’hui la Ville de Nyon perçoit 96,5 millions de francs d’impôt (personnes physiques et morales) et en restitue 47,7 millions directement au canton par le système dit de péréquation.
Lors des 6 dernières années les recettes provenant des impôts ont augmenté de 14,9 millions.
La part restituée au canton a elle dans le même temps augmenté de 16,7 millions.

La conclusion est évidente:
6 ans plus tard, la Ville doit fonctionner avec 1,8 million de moins, mais doit fournir des prestations (écoles, UAPE, infrastructures diverses, mobilité, sécurité, etc…) pour presque 2000 habitants de plus.

2) Contexte des votations cantonales et fédérales

L’application de la votation cantonale (RIE3) pour 2019 va entraîner une sérieuse baisse des rentrées fiscales des personnes morales. En effet, cette loi acceptée par le peuple en 2017, modifie la fiscalité des entreprises à la baisse. Pour Nyon, l’analyse estime la perte de revenu à 11,7 millions.
La même loi devait être votée au niveau fédéral et aurait dû apporter des compensations pour les communes afin de diminuer la baisse des impôts des entreprises. Cette loi fédérale a été refusée par le peuple. Le canton est entré en matière pour une compensation en 2019, estimée pour Nyon à 2,2 millions. La perte nette pour Nyon est donc de 9 millions.

La constation est évidente:
jusqu’à l’entrée en force de la loi fédérale (RIE3), ce sont au minimum 9 millions par année qui vont manquer dans la caisse communale.

3) Trois choix

La Ville de Nyon avait trois choix possibles: réduire ses dépenses de 9 millions en touchant non seulement aux prestations internes (entretien des routes, des parcs, des bâtiments, achats divers, etc…) mais aussi réduire ses aides externes aux divers partenaires associatifs ou alors demander 9 millions de recettes supplémentaires par la voie des impôts. Enfin, ne rien faire et payer une partie du fonctionnement de la Ville par la dette et ainsi reporter le problème sur les générations futures.

La conclusion est évidente:
un exécutif doit assumer ses responsabilités et faire face à ce problème.

4) La voie choisie

Consciente qu’aucune des deux solutions n’étaient adéquates, c’est une solution médiane que la Ville a choisie, à savoir, allier économies et recettes afin d’arriver aux 9 millions manquants. Les économies proposées de 3,3 millions, alliées à l’augmentation d’impôts représentant 6 millions annulent ainsi les effets de cette loi pour 2019.

En conclusion:
Cette solution permet de demander à la population un effort supportable tout en gardant les moyens nécessaires pour octroyer aux citoyens nyonnais des services performants en matières de soutien aux familles, à la jeunesse, à la formation, aux sports et à la culture.
De plus, la Ville de Nyon restera quand même très attractive avec un taux de 65% figurant parmi les plus bas des villes centres de notre canton.

Lire la suite

La maison de quartier aux Jardins du Couchant: refusée par le Conseil Communal

Lors de la séance du 22.05.2017, un projet de Maison de Quartier a été refusé par une majorité du Conseil Communal. Les raisons principales du refus sont:

  • Un projet trop grand et ambitieux
  • Un coût de fonctionnement trop élevé (gestion et location)
  • Un local de quartier sera de toute façon crée au Couchant.

Afin d’expliquer sa position le Centre-Droit a publié le communiqué de presse suivant:
Version PDF

Pour des maisons de quartier à taille humaine, proches des Nyonnais-es

Nyon, 22 mai 2017. Les maisons de quartier sont sans nul doute un vecteur important de cohésion sociale. Proches des citoyens et de leur lieu d’habitation, accessibles, auto-gérées, elles favorisent entre autres l’accueil et l’accompagnement de la jeunesse dans les quartiers.

Le bilan de la démarche participative « Companyon », mi-2011, notamment le projet « EnVie de quartier » l’avait révélé : les Nyonnais souhaitent davantage de surfaces dans les différents quartiers de la Ville afin d’y organiser eux-mêmes des activités communautaires. Par conséquent, la stratégie de développement durable alors mise en place par la Municipalité prévoyait à raison l’ouverture et la mise à disposition de plusieurs locaux, à La Levratte, La Redoute et au Pré-de-l’Oie par exemple. A juste titre, cette stratégie limitait le rôle des autorités à la mise à disposition de locaux et à un soutien des démarches portées par les habitants.

Quelques années plus tard, la demande des citoyens-nes a été quelque peu oubliée. Contre toute attente, la Municipalité projette désormais un imposant centre socio-culturel, centralisé dans un seul quartier (le Couchant), censé couvrir les besoins de toute la Ville.
Cette nouvelle stratégie va non seulement à l’encontre de la volonté des Nyonnais-es et de leurs besoins, mais elle discrimine les habitants distants du quartier du Couchant. Si on considère l’expansion importante de Nyon, la stratégie de la Municipalité paraît totalement inadéquate.

Les coûts de location pour une surface disproportionnée de 900 m2 qui n’appartient pas à la Ville et les importantes charges d’exploitation (au moins un demi-million de francs par an pendant 30 ans) pénaliseront inutilement les finances communales. Celles-ci devront déjà supporter plusieurs autres projets très coûteux ces prochaines années, sans même parler de la péréquation de plus en plus contraignante.
Pendant ce temps, ni les locaux communaux existants ni les plans de quartier en discussion ne sont pris en considération pour offrir une solution aux Nyonnais.

Le Centre-Droit, soucieux de renforcer la cohésion sociale à Nyon, défend une approche décentralisée des maisons de quartier, une utilisation pragmatique des locaux communaux existants et, surtout, une gouvernance citoyenne des lieux mis à la disposition des habitants par la Ville.
Selon la convention signée avec le promoteur, celui-ci cède gratuitement à la Ville un local pour une maison de quartier du type de la Levratte. Il y aura donc de toutes façons une maison de quartier aux Jardins du Couchant.

Le Centre-Droit remercie le Conseil communal d’avoir majoritairement pris la bonne décision en rejetant le projet démesuré et inadapté de la Municipalité.

Les chefs de groupe du Centre-Droit de Nyon
Jacky Colomb
Yves Gauthier-Jaques
Sacha Soldini
Olivier Tripet

Lire la suite

Nyon a enfin son auberge de jeunesse!

Début 2010, le Parti Indépendant Nyonnais a déposé une motion demandant à la Municipalité de plancher sur un projet d’auberge de jeunesse à Nyon. En effet, il manquait à notre ville un lieu d’accueil pour les voyageurs disposant de moins de moyens.
Début 2017, l’auberge de jeunesse nyonnaise est une réalité.

Voici un résumé des moments clés de ce projet:

22.02.2010 Motion du Parti Indépendant Nyonnais en faveur d’une auberge de jeunesse à Nyon

04.11.2010 Le préavis n°176 (réponse à la motion du Parti Indépendant Nyonnais) est accepté.

18.05.2015 Le préavis 222 est soumis à la commission en charge d’étudier le projet Auberge de jeunesse dans le bâtiment Bel-Automne

31.08.2015 Le rapport de majorité 222 est accepté (74 oui / 11 non / 1 abstention) par le Conseil Communal

26.10.2015 Les premières étapes concrètes de ce projet sont en vue (La Côte).

janvier 2016 Début des travaux

27.07.2016 Un hôtel pour routards et familles défiera la concurrence à Nyon (La Côte)

01.02.2017 Ouverture du Nyon Hostel. Visite guidée (La Côte)
Le Parti Indépendant Nyonnais est fier du résultat et satisfait de voir aboutir un projet clé pour la Cité du bon accueil.

 

Lire la suite

Le Syndic locomotive de la gauche

Ainsi le PS, prétend qu’il n’y a pas eu de locomotive en la personne de Daniel Rossellat, et que c’est probablement grâce à eux et aux Verts que ce dernier a été élu. Mais quelle arrogance et quelle suffisance. D’abord on peut constater que Daniel Rossellat a fait plus de voix à lui seul que le PS. Ensuite le Syndic de la plateforme de gauche soit disant hors parti est quand même, depuis plus de 7 ans, inféodé au parti des Verts. Il est librede son choix, mais qu’il ne prétende pas être au-dessus de la mêlée. Et puisqu’il a été porté à la Municipalité par ses pairs verts et socialistes, ceux-ci sont dès lors servis. Le représentant des verts est d’hors et déjà élu, qui plus est il sera Syndic. De quoi rêver de mieux ? Les Socialistes ont deux élus, les Verts ont le leur. Le Centre Droit à nettement renforcé sa majorité au Conseil, 59 sièges sur 100, il est donc légitime que ses candidats Claude Uldry, Maurice Gay, Roxane Faraut Linares et Vincent Hacker entrent à la Municipalité. Le 20 mars prochain, votez la liste N°2 pour Le Centre Droit, rétablissez l’équilibre dans la Commune, redressons ensemble la barre de ce navire qui fait fausse route, c’est un changement de cap qu’il nous faut.

Jacky Colomb

 

Lire la suite

Débat sur La Télé pour les élections communales 2016 avec Claude Uldry

1ère partie : Mobilité et logement

Comment désengorger les grands axes et le centre-ville de Nyon? Comment agir sur la cherté des loyers alors que la commune vit sous pression démographique? Les candidats à la Municipalité de Nyon en débattent en direct sur La Télé.
> Voir le débat

2ème partie : Economie, culture et sport

Quelles solutions pour revitaliser le centre-ville de Nyon? Quelle place pour les petits commerçants? Et quelle politique pour la culture et le sport dans le chef-lieu du district? Les candidats à la Municipalité de Nyon en débattent en direct sur La Télé.
> Voir le débat

CU_LaTele_04022106

Lire la suite